Open National de MORÉE (41)

 

Et bien voilà Morée, l’Open National de Morée 2014. Comme d’hab, je suis sur le site le vendredi en fin d’après midi pour mettre en place mon matériel et prendre mes marques en vue de ce long week-end. La salle des sports de Morée n’est pas très grande mais elle a tout d’une grande… L’éclairage est très satisfaisant pour prendre des photos ou faire de la vidéo. Il y a des gradins et… encore de la moquette ! C’est une habitude d’après ce que je vois dans l’organisation des Opens AFEBAS. On ne va pas se plaindre non ? Et surtout que la moquette de Morée et bien on y dormirait c’est sûr, elle est douce et câline comme une caresse ! Et puis il y a la sono installée par Dave, et ça marche ! Dave a l’habitude de ces trucs là. Le contraire Morée étonné ! Cette phrase n’est pas de moi, ça vient de Dave. Hé, on n’est pas là pour délirer, place au sport ! Cela commence donc le vendredi soir par un NC 3 et un tournoi libre. Et là, lors de cette compétition, j’ai l’impression de reconnaître un joueur, disparu des circuits depuis quelques saisons. Je m’assure auprès de Dave que c’est bien lui. Et bien oui, c’est Rénaldo Silly, ancien joueur de Grand Prix, un joueur aux cinq victoires d’Opens en une saison, c’était en 2003 ! Et bien voilà ma première interview de ce week-end. Rénaldo revient jouer en AFEBAS. Rénaldo sera là tout le week-end, à l’Open National et en Championnat puisqu’il a pris une licence dans l’équipe des Hass Ben (2 sur 4 lors de la rencontre contre les Mortimers).

 

Le Tournoi libre du vendredi soir a été remporté par Erham Ertugrul, joueur au Seven Pool, N1 et Gilles Matusiak, joueur des Gunners, Elite. (deux joueurs à interviewer à Sorgues). A 5 heures du matin on ne joue pas une finale. Ont été éliminés en demi-finale, Tauzin David et Sébastien Leclerc. Le NC 3 a été remporté par Cédric Grisey face à Stacy Verrier. Eliminés en demi-finale, Yoann Rippe et Ibrahim Ispir.

Erham Ertugrul : « J’ai eu un second tour difficile mais par la suite j’étais en confiance et je n’ai pas eu de difficultés particulières ».

 

Le samedi, place à l’Open National.

 En Grand Prix, les nouveaux invités se font remarquer, pendant que certains poids lourds se font chahuter ou tout simplement éliminer. Un exemple, David Ténart face à Julien Raiwet. Première partie très serrée, David ferme la table, 1 à 0. Mais on sent David stressé sur la deuxième partie, il rate la noire pourtant pas mal placée. Julien en profite et ferme la table, 1 partout. Un peu moins stressé,  David prend le large, 2 à 1, puis 3 à 1. Julien revient bien à 3 partout, puis il prend l’avantage, 4 à 3, 5 à 3. Mais David ne lâche rien, 5 à 4 et se retrouve à égalité, 6 à 6, c’est la belle. C’est David finalement qui l’emporte 7 à 6.

David Ténart : « J’ai fait un bon début, j’ai mené au score et Julien a marqué le pas. Ensuite Julien est bien revenu, on a pris des parties chacun notre tour, et sur la belle c’est moi qui marque le dernier point. Je suis très content ».

David Ténart tombera ensuite sur un Pierrick Viton conquérant, 7 à 3.

 

Premier tour : Paul Coldrick, un favori du Grand Prix, face à Stéphane Mroczkowski, un sérieux prétendant pour une première place. Un mauvais départ pour Stéphane mais une arrivée réussie, puisqu’il élimine Paul Coldrick sur le score sévère de 7 à 3.

 

La rencontre entre Paul Coldrick et Stéphane Mroczkowski : première partie, Paul, serein et appliqué, ferme après casse, 1 à 0. Paul est de plus en plus dans son match, mais bloque sur une noire pas facile. Elle reste en poche. Stéphane a l’occasion de fermer, mais avec ses couleurs pas très bien en place, il bloque sur sa dernière bille. Paul ferme, 2 à 0. Paul continue à être à fond dans son match et tout lui réussit, même sur des mauvaises replaces, Paul ferme sa table, 3 à 0. Visiblement, Stéphane n’a pas l’air d’être dans son meilleur jour. Paul se replace mal sur la noire, il la joue en bande, elle ne rentre pas. Stéphane en profite pour fermer, 3 à 1. La cinquième partie est plus longue. Paul cale sur ses deux dernières jaunes. Stéphane ne peut que se défendre devant un Paul Coldrick très entreprenant. Un dernier snook de Stéphane, Paul ne peut rien faire. Stéphane ferme la table, 3 à 2. Ensuite égalité 3 partout. Encore une mauvaise replace de Paul sur sa noire, Paul tente trois bandes, sans réussite. Il reste 7 billes à rentrer pour Stéphane. Il va au bout, ferme et prend l’avantage, 4 à 3. Stéphane semble maintenant bien maîtriser la partie, il mène 5 à 3, puis 6 à 3. C’est Paul qui est maintenant obligé de défendre. Et Stéphane est lui en pleine réussite. Stéphane marque le dernier point de la partie, score final 7 à 3 pour Stéphane Mroczkowski.

 

Stéphane Mroczkowski ; « Je suis très content car je viens de battre le vainqueur du dernier Grand Prix ».

 

En quart de finale, Samuel Dudognon est face à Marc Stublet. Les deux joueurs se tiennent jusqu’à la fin mais c’est Samuel qui obtient finalement le point de la victoire, 7 à 4.

 

En demi-finale, Samuel Dudognon est opposé à Elie Christidie. Elie, terriblement accrocheur, ferme proprement ses tables, il mène 4 à 0 puis 5 à 0. Samuel revient bien, 5 à 2 puis 5 à 3. Il est sans doute trop tard, car Elie maintient la pression et reprend le dessus, 6 à 3 et enfin 7 à 4. Elie s’en va en finale.

Dans l’autre demi-finale, Christophe Thébeault est opposé à Pierrick Viton. Aucun des deux joueurs ne prend vraiment l’avantage jusqu’au score de 5 à 4 pour Christophe. Ensuite Christophe marque un point décisif, 6 à 4, et enfin le point de la victoire, 7 à 4.

 

La finale du Grand Prix : Christophe Thébeault face à Elie Christidie.

Première partie, Christophe rentre la blanche à la casse. Elie Christidie n’en profite pas, c’est Christophe qui fermera la table, 1 à 0. Deuxième partie, Elie, sur la fin, se retrouve snooké. Il parvient à se désnooker mais rentre la blanche. Christophe profite de ses deux coups et ferme bien sa table, 2 à 0. Troisième partie, Christophe rentre sa noire très compliquée au milieu de sept billes adverses, 3 à 0. Christophe continue dans sa lancée, il fait parler son expérience et marque un nouveau point, 4 à 0. Christophe relâche son étreinte, Elie en profite pour marquer son premier point, 4 à 1. Christophe reprend le dessus et sa marche en avant, 5 à 1. Elie revient bien dans son match et marque des points, 5 à 2 puis 5 à 3, 5 à 4 et enfin 5 à 5. On croyait Elie Christidie effacé dans cette rencontre, mais on avait oublié que c’était un accrocheur, un joueur qui n’abdique pas aussi facilement. Mais c’est finalement Christophe qui va sortir le grand jeu et l’emporter finalement 7 à 5. Christophe Thébeault, le vainqueur de ce Grand Prix de Morée.

 

En Open National, on retrouve en finale deux sympathiques joueurs : Hamza Moutmir et Joan Magalhaès. Très beau match entre ces deux joueurs de talent. Un départ en fanfare de Hamza, 4 à 1, puis Joan se remet dans le match ce qui va donner du piment à ce match et emballer les supporters. C’est finalement Hamza qui remporte cet Open. Eliminés en demi-finale, Vincent Laigle et Benoît Gauducheau.

 

La finale, résumé de la rencontre entre Hamza Moutmir et Joan Magalhaès :  

Hamza mène 1 à 0 suite à une belle ferme. Joan Magalhaès casse et sort la blanche. Hamza en profite pour fermer la table, 2 à 0. Puis 3 à 0. Hamza est snooké sur sa dernière bille suite à un mauvais replacement. Joan profite de ses deux coups pour fermer, 3 à 1. Ensuite un relâchement de Hamza et Joan revient dans le match, une belle table, il lui reste une couleur mais elle est en plein milieu des 7 billes adverses. Il touche sa bille qui se place vers une poche. Hamza, tranquille, appliqué, rentre ses billes l’une après l’autre, mais il laisse la noire en poche. Joan ne peut mettre sa dernière couleur car la blanche est mal placée. Hamza n’a plus qu’à rentrer la noire, 4 à 1. Joan revient à 4 à 2. Septième partie, Hamza est tout prêt de conclure, mais il négocie mal sa dernière couleur (la pression ?). Joan en profite pour fermer et revient à 4 à 3. Huitième partie, Joan casse et rentre la blanche. Hamza n’en profite pas. C’est Joan qui ferme la table pour égaliser, 4 à 4. Il semble qu’il y a plus de pression chez Hamza à l’approche du dernier point, 4 à 1 à son actif, il se fait rejoindre, 4 à 4. Les deux joueurs jouent la belle, Hamza casse mais ne rentre rien. Joan rentre toutes ses billes, il ne reste plus que la noire, il la joue, elle file vers une poche, un cri dans le public, et non elle ne rentre pas. Hamza rentre ses billes mais on sent que la confiance n’est pas là. Joan a l’air plus concentré. Joan tente une deuxième fois la noire, elle ne rentre pas. Hamza joue ses dernières billes. Joan fait une troisième tentative sur la noire qui échoue. Il reste deux billes à Hamza, elles sont empochées correctement. Le replacement est idéal, il joue la noire qui rentre. Applaudissements très forts de la part du nombreux public. Hamza Moutmir, vainqueur de l’Open National de Morée.

 

Chez les dames, c’est Céline Hérambert qui remporte le tournoi face à Catherine Leduc. Ont été éliminées en demi-finale, Cyrielle Maerten et Sarah Seulin.

Lors de cette finale, Céline et Catherine avaient l’air trop stressées pour jouer les bons coups… Et les réussir. Quelques maladresses dues à ce stress n’ont pas permis à ces deux joueuses de s’exprimer totalement. Car elles en ont les capacités.

 

En Championnat Elite, les favoris se sont rencontrés avec des fortunes diverses. Ou alors se sont fait surprendre par des équipes « dites plus faibles », le Black Bird par le Goos Pool, 9 / 11,  les Scorpions par le Fair Play, 9 / 11,les Txchinkoy’s accrochés par le Flann O’Brien (10 à 10).

Jean Robert Carpentier : « Côté Championnat, pour le Black Bird, dur dur, voire insoutenable ! Trois rencontres qui se terminent par trois défaites…Souffrance quand tu nous tiens ! 24 sèches sur 60 parties, on a vraiment mangé chaud ».

C’est vrai qu’avec un 0 sur 4 pour Stéphane Mroczkowski et Julien Diamy, c’est pas facile de gagner un match.

 

Commentaires de Fabrice Nourry des Wolfs, Division Elite : « nous avons gagné notre premier match contre les Goos Pool, 12 à 8. Nous allons jouer pour notre deuxième rencontre, les Txchinkoy’s. Une grosse équipe avec des joueurs de Grand Prix, mais nous avons la motivation pour bien faire ».

 

Claude Luneau du Buckingham, Nationale 1 / B : « Troisième open de la saison et le  Buck 1 est pour le moment deuxième au classement avant l’open. Faire carton plein serait vraiment top mais lorsque vous commencez un match en étant mené 5 à 1 puis 9 à 3 par vos adversaires, les Black Ball… et bien ça devient compliqué. Mais sans rien lâcher nous revenons petit à petit, mais perdons quand même à la fin sur les dernières parties 11 à 9.......un très mauvais début qui nous a coûté ce match. Sur le deuxième contre The Black Sheep, c'est nous qui faisons le break pratiquement jusqu'à la fin, mais nos adversaires réagissent sur les 2 derniers matchs pour recoller et sortir le nul.....dommage!!!! Les Ninjas, premiers au classement, donc juste devant nous, sont notre troisième et dernier match, et là nous sommes sérieux dans nos parties car nous savons que c'est une belle équipe, et avec 3 breaks réalisés pour nous contre aucun pour eux dans ce match, et bien, belle victoire pour le Buck 13 à 7. 1 victoire 1 nul et 1 défaite, nous redescendons à la quatrième place donc vivement le prochain open. »

 

 

 

Ah, quand le billard vous manque ! Après une pause de deux ans, Rénaldo Silly revient jouer en AFEBAS. Rénaldo sera là tout le week-end, à l’Open National et en Championnat puisqu’il a pris une licence dans l’équipe des Hass Ben (2 sur 4 lors de la rencontre contre les Mortimers).

 

 

Rencontre avec Ludovic et Karine Gossez

 

Antoine : On ne présente plus ce couple de joueurs qui ont été en tête d’affiche dans les années 2000. Que sont-ils devenus ? Alors, Karine et Ludovic, où en êtes-vous ? Toujours en AFEBAS ? Si oui, dans quelle région, quelle équipe, quelle division ?

 

Karine et Ludovic Gossez : oui, toujours dans le circuit Afebas, nous jouons au sein de notre salle de billard ; en ce qui me concerne, je joue en D1 et pour Ludo en N3, nous avons arrêté les compétitions nationales, travail et enfants oblige!!! et ca nous va très bien ! Nous laissons les kilomètres aux plus jeunes!!

 

Antoine : La haute compétition ne vous manque pas ? Personne n’a oublié vos performances individuelles ou en équipe. Pour les anciens du circuit, mais surtout aussi pour les nouveaux qui n’ont pas connu vos belles années, racontez nous votre histoire dans ce sport, vos plus beaux souvenirs, des anecdotes, en compétitions nationales ou internationales.

 

Karine et Ludovic Gossez : « Très certainement plus à Ludo qu’à moi, faire un open à 16 joueuses n’est plus très poolant!!!lol, j’ai commencé à jouer au billard à l‘âge de 15ans, j’en ai bientôt 40, j’ai bien sûr connu Ludo au billard ce qui a fait de nous les heureux parents de 2 garçons Tom et Noa!!

Mes plus beaux souvenirs sont bien évidemment au sein de l’équipe de France avec la consécration en 2003, la victoire aux championnats du monde face à une française, Edwige Houlle, en  2004 victoire en équipe et pour Ludo victoire en individuel en 2004 et 2005, un autre gros souvenir.......c’est indéniable nous avons vraiment vécu les meilleures années billard. L’image que je garde de cette période est sans aucun doute l’ambiance générale, la déconnade, les déceptions parce qu’il y an a eu aussi...bien sûr que j ai gardé des contacts avec le monde du billard, ca créait des liens tout ca!!!des anecdotes, j en ai plein, une petite pour la route.. L’année de ma victoire à Bridlington, j en ai oublié ma queue à l’hôtel et bien sur jamais récupérée..

 

Antoine : Enfin, pour ceux qui ne vous connaissent pas, débutants ou chevronnés, une réflexion, un conseil, par rapport à ce que vous avez connu dans ce sport.

 

Karine et Ludovic Gossez : un conseil ? Non juste une phrase : faites vous plaisir!! Et ça ira tout seul!!

 

 

 

 

 

 

Interviews de Christophe Thébault, Elie Christidie, Hamza Moutmir, Joan Magalhaès, Rénaldo Silly, Thierry Foucault…