Open National de Vivy (49)

O

 

 

Open National de Vivy

 

Vivy : du combat des chefs au retour des anciens

 

Et voilà une nouvelle saison qui recommence !

Et je suis encore là pour vivre avec vous les Opens mais de l’autre côté de la barrière.

Tout d’abord la salle : tout y est, moquette, billards bien alignés, une vaste salle, indépendante des aires de jeux, pour assouvir nos estomacs, une bonne sono, des gradins, l’accueil des bénévoles. Les bénévoles qu’il faut citer car sans eux… point de fête. Ah ! j’allais oublier, peut- être un peu frais le matin.

 

Et puis je vais parler de moi, j’en profite. J’avais une grande table pour moi tout seul. Un coin pour écrire, une télé pour diffuser en continu le visuel sur le livre dont je suis l’auteur. Et prendre d’éventuelles commandes… Plus de 200 joueurs le samedi, le même nombre le dimanche, pour 15 ventes avec règlement, et 25 promesses de vente, ce n’est pas cher payé pour 5 années de recherches d’archives à recopier mot à mot pour aboutir à un livre de 600 pages… Un délégué a donné l’exemple, il est en tête de ma liste, Daniel Letzelter. Il a commandé 10 livres. Puisse cet exemple servir de tremplin à la trentaine de délégués AFEBAS. Bon, il y a encore l’Open de Châtellerault pour se rattraper non ?

Pict0323

 

 

 

 

Le rendez vous de Vivy a donc commencé comme d’habitude le vendredi soir par une étape du Trophée d’Anjou. Puis le samedi, place à l’Open National avec son Grand Prix et le tournoi féminin.

Un premier Grand Prix de la saison fort de tension,

et des revenants qui se font remarquer en Open.

 

En Grand Prix, ce fut le combat des chefs. Nous avons assisté à une rencontre où nous avons vu un Stéphane Mroczowski plein de hargne et un Christophe Thébeault qui n’a rien lâché jusqu’au bout. Pour preuve, les deux joueurs sont à égalité à 6 partout, et sur la belle Christophe laisse la noire gagnante en poche au profit de Stéphane. Stéphane qui laisse échapper à la fin du match un cri venant de ses entrailles, un cri salvateur qui décharge le surplus d’adrénaline accumulé tout au long de cette rencontre. YYYesss !!! Mais avant cette belle, Stéphane a eu l’occasion de s’envoler vers la victoire, en menant 3 à 1, en ayant la bille du 4 à 1, puis 4 à 2. Christophe a toujours dû courir après le score.

        Pict0335

Ont été éliminés en demi-finale, Abdou Adlaine et Christophe Faurie. Quant à Paul Coldrick, victime d’ennuis de santé, il n’a pas pu exprimer totalement son talent. Ce n’est que partie remise pour Paul.

 

L’Open National a été remporté par Louis Vandepitte, un joueur de la grande époque, champion du monde par équipe en 1999. Il bat en finale, Levent Afyon. A 4 à 3, Levent a l’occasion d’égaliser mais il craque sur la noire. Louis en profite pour marquer le cinquième point de la victoire.

Eliminés en demi-finale, Bertrand De Loriol et Maxime Tilhet. Sonny Massias s’est incliné en quart comme Pacôme Dudognon, Tony De Oliveira et Samuel Bocahut.

Patrick Bouchon, équipier et supporter de Louis Vandepitte : « Beaucoup de tension dans cette rencontre. Lors de la dernière partie, Levent Afyon, qui est mené 4 à 3, est sur la noire mais elle ne rentre pas. Louis Vandepitte en profite pour fermer et marque le cinquième point de la victoire, 5 à 3 ».

 

Le tournoi féminin a été remporté par Isabelle Vaudaux Ruth face à Karine Cruz, deux anciennes championnes du monde. Eliminées en demi-finale, Céline Hérambert et Virginie Verkerke.

 

Karine Cruz : « J’ai pas bien joué, mais je suis contente d’avoir fait une finale. J’aurais préféré mieux jouer même si c’est pour perdre. C’est pas grave, j’ai fait une finale ».

Isabelle Vaudaux : « Contente d’avoir gagné, oui, par contre le déroulement de la rencontre a été très particulier, j’ai l’impression que j’étais rouillée. Il y a une partie où j’ai pas trop mal joué, après… Bon c’est le premier Open alors il faut se remettre dedans ».

Pict0368 1         Pict0190

 

Le magazine Open Mag de Vivy

N 12 vivyN 12 Open National de vivy 2015

 

Championnat,

Elite, le Goos Pool démarre mal avec trois défaites, les Txchinkoy’s limitent les dégâts avec deux nuls et une victoire. Seul les Bulls Brothers totalisent trois victoires.

Anthony Babinot des Ninjas : « deux victoires, un nul, deuxième du classement Elite, ça se passe bien. Il faut bien le dire, nous jouons cette saison le maintien ».

Nationale 1, le Vincennes , le Mortimers 98 et le Ducal’s Pool totalisent trois victoires.